///GLL – le journal du larzac solidaire

GLL – le journal du larzac solidaire

Abonnez-vous au journal en téléchargeant le bulletin d’adhésion

Télécharger

Gardarem lo Larzac, le bimestriel d’information du Larzac, est construit autour de cinq thèmes :

  • le Larzac aujourd’hui,
  • l’environnement,
  • le développement rural,
  • la solidarité nationale et internationale,
  • les débats d’idées.

Le comité de rédaction reste particulièrement vigilant quant à l’équilibre de ces différentes rubriques.

C’est ainsi que le lecteur passera de la dernière installation sur le plateau à un reportage chez les Sans-Terre du Brésil, d’une réflexion sur le tourisme vert à une étude de la situation en Palestine, du compte-rendu d’une opération anti-OGM à celui de la participation d’une délégation larzacienne au Forum Social Mondial de Porto Alegre.

La volonté de la rédaction est en effet d’être tout à fait engagée sur un territoire, tout en restant en permanence ouverte à d’autres problèmes, d’autres luttes, rarement traités par les « grands » médias.

EDITO mars-avril 2021 :

La fabrique de l’Histoire

Lorsqu’ils se sont retrouvés à plus de 6000 sur Millau en ce mois d’octobre 1971 pour manifester leur opposition au projet de l’extension du terrain militaire de La Cavalerie, ils ne se doutaient pas que, cinquante ans plus tard, on en parlerait encore. Ils entraient dans l’histoire.

En cette année 2021 nous allons commémorer les 50 ans du début d’une lutte étonnante qui aura duré 10 ans. Tout au long de l’année, des conférences, des expositions, des portes ouvertes et des animations marqueront l’événement. Nous aurons l’occasion d’en reparler dans les pages de GLL.

Cet anniversaire sera l’occasion de revivre ces années si riches et denses, si généreuses et inventives. Il pourrait être aussi l’occasion d’une grande transfusion de courage. Puisqu’une poignée de femmes et d’hommes déterminés a réussi à changer le cours de l’histoire, c’est que c’est possible. Encore aujourd’hui, ici et maintenant.

Depuis, le Larzac est devenu un emblème, un étendard qui flotte sur les mers agitées. Entre l’histoire vécue et le mythe en construction, il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver. Mais l’une et l’autre vont ensemble pour bâtir une épopée sociale qui inspire nombre de chercheurs. A la radio, sur internet, dans les livres, les articles, les documentaires ou émissions de divertissement, le Larzac se retrouve à toutes les sauces, pas toujours très bien cuisinées (cf p.). Pour le meilleur et pour le pire. La rançon du succès sans doute. Au risque d’être dénaturée, affadie, abêtie, détournée, la lutte du Larzac fait aujourd’hui référence. Il n’y a pas, et c’est tant mieux, de gardiens de la mémoire officielle pour crier au sacrilège. Il y a seulement ces petits frissons qui nous parcourent parfois, froncements de sourcils et début d’agacement. Non, on ne vit pas DANS le Larzac (à part les spéléologues et ça ne dure pas bien longtemps) mais SUR le Larzac qui est un plateau. Non, il n’y a pas de communauté composée de gens vivant tout nu, il fait beaucoup trop froid l’hiver et non tout ne s’est pas arrêté en 1981 bien au contraire.

En ces moments parfois opaques de transformation du monde, nombreux sont les philosophes, économistes et scientifiques du vivant à appeler de leurs vœux la construction d’un nouveau « récit » qui permette de sortir de l’impasse du néolibéralisme, d’accompagner la mutation et redonner du sens à la Vie. Une révolution mentale, sociale, économique et politique est nécessaire. La fameuse métamorphose qu’appellent de leurs vœux Bruno Latour et tant d’autres Elle passera aussi par la parole, les mots, la transmission, les histoires petites et grandes, le tâtonnement, l’expérimentation. Le Larzac et son histoire peuvent apporter leur petite pierre à la construction de ce nouveau récit.

Il n’y a de mémoire qu’en direction du monde qui vient et nous ne sommes jamais les uniques gardiens d’une seule histoire mais toujours les bâtisseurs d’un devenir. Le Larzac d’hier éclaire le Larzac d’aujourd’hui et peut apporter quelques unes des réponses à cette lancinante question qui nous taraude depuis le confinement : sur quelle terre allons-nous pouvoir vivre, nous et tous les autres vivants ?

Solveig Letort





2021-03-11T08:26:19+00:00